Le petit Guide
Loisel
des vins

livres
sur le vin
Chateau Loisel - Le petit guide Loisel des vins
Facebookflux RSS

Ecrits sur le Monde du Vin

Si le vin m'était conté : Chroniques vineuses impertinentes de Roland Lecarpentier Qu'est-ce que boire ? de François CaribassaLes perles d'une caviste: 100 clichés sur le vin et 100 bouteilles pour y remédier de Sandrine GoeyvaertsLes petits vignobles : Des territoires en question de CollectifUne passion du vin de Jérôme PerezLe Vin snob de Jacques OrhonBordeaux connection de Benoist Simmat Tout savoir sur... Les femmes et le vin de Mona Lalbat Vino business de Isabelle Saporta La Face cachée du vin : Manifeste du bien boire de Laurent Baraou et Monsieur SeptimeBacchus et moi de Jay McInerneyDu terroir à la guerre du goût de Franck Dubourdieu
La Bataille du vin et de l'amour : Comment j'ai sauvé le monde de la parkerisation de Alice FeiringLa gouvernance des terroirs du vin de Jean-Claude HinnewinkelLe marché des réputations de Pierre-Marie ChauvinLe marché de l'excellence de Marie-France Garcia-ParpetIn Vino Satanas! de Denis Saverot & Benoist SimmatChoses bues de Jacques DupontC'est du vin... et alors? de Roland Lecarpentier Mondialisation des vins par Jean Clavel L'inconnu de Bordeaux - Roland Feredj Le goût et le pouvoir - Jonathan NossiterPourriture Noble - William EchiksonLe Monde du Vin a-t-il perdu la raison ? Guy Renvoisé
Sur cette page
Si le vin m'était conté - Roland Lecarpentier
Qu'est-ce que boire ? - François Caribassa
Les perles d'une caviste - Sandrine Goeyvaerts
Les petits vignobles : Des territoires en question - Collectif sous la direction de Stéphane Le Bras
Une passion du vin - Jérôme Perez
Le Vin snob - Jacques Orhon
Bordeaux connection - Benoist Simmat
Tout savoir sur... Les femmes et le vin - Mona Lalbat
Vino business - Isabelle Saporta
La Face cachée du vin : Manifeste du bien boire - Laurent Baraou et Monsieur Septime
Bacchus et moi - Jay McInerney
Du terroir à la guerre du goût - Franck Dubourdieu
La Bataille du vin et de l'amour : Comment j'ai sauvé le monde de la parkerisation - Alice Feiring
Le vin et ses marchés : Annales 2012 - Jean-François Trinquecoste
Portraits intimes des hommes du bordeaux - Jean-Marc Koch
La gouvernance des terroirs du vin - Jean-Claude Hinnewinkel
Le marché des réputations - Pierre-Marie Chauvin
Le marché de l'excellence - Marie-France Garcia-Parpet
In Vino Satanas! - Denis Saverot & Benoist Simmat
Choses bues - Jacques Dupont
C'est du vin... et alors? - Roland Lecarpentier
Mondialisation des vins - Jean Clavel
L'Inconnu de Bordeaux - Roland Feredj
Le goût et le pouvoir - Jonathan Nossiter
O.P.A. sur la viticulture - Roland Feredj
Pourriture Noble - William Echikson
Le Monde du Vin a-t-il perdu la raison ? - Guy Renvoisé
La Bouillie Bordelaise - Bernard Ginestet
Autres livres....
 

« Si le vin m'était conté » de Roland Lecarpentier
Editions Libre & solidaire 2018, broché 252 p, 18,90 €

Couverture Si le vin m'était conté : Chroniques vineuses impertinentes de Roland Lecarpentier

Acheter sur Amazon Acheter sur le site de la FNAC

Si le vin m'était conté : Chroniques vineuses impertinentes

Présentation de l'éditeur :
Roland Lecarpentier est né en 1963, millésime épouvantable. Pas rancunier, il a fait carrière dans le vin, ayant compris que c'était le meilleur moyen pour boire bon et beaucoup à peu de frais, et côtoyer la crème de la cuisine française. Après quarante ans de bons et loyaux services, en salle et aux fourneaux, il a concocté cet ouvrage succulent et truculent, riche en coups de "fines" gueules et en coups de coeur. Il dézingue à tout va derrière le zinc, sans cracher dans la soupe et sans langue de bois. Il désosse les idées reçues, met sur le gril les abus et non-dits sur la viticulture, et passe au tamis les absurdités qui ne manquent pas dans le monde du vin. Un livre instructif et désopilant, loin des discours imbuvables. Une vraie manière d'aborder le vin, la viticulture et le marketing viticole sans les complexes d'infériorité que trop de professionnels veulent inculquer aux consommateurs bien souvent naïfs. Parce qu'on peut apprécier les bonnes choses sans pour autant les sacraliser, parce qu'il n'est pas nécessaire de vider son compte en banque pour dénicher une bonne bouteille et parce qu'il ne faut pas toujours croire tout ce qu'on nous raconte... A votre santé !


« Qu'est-ce que boire ? » de François Caribassa
Editions Menu Fretin 2017, broché 112 p, 12,00 €

Couverture Qu'est-ce que boire ? de François Caribassa

Acheter sur Amazon Acheter sur le site de la FNAC

Présentation de l'éditeur :

La transformation progressive du buveur en dégustateur est une véritable aliénation. Là où s'établissait un rapport libre au corps et au monde, là où l'alimentation rencontrait l'ivresse et la commensalité, ne règne plus aujourd'hui que la contrainte, écrit François Caribassa. Dans son essai, il énonce une critique raisonnée de l'institution oenologique, de ses mythologies et des codes qu'elle nous impose. En posant cette simple question : «Qu'est-ce que boire ?», François Caribassa nous fait (re)découvrir une autre façon d'appréhender le vin, sans dogmes, entraves ni obscurantisme. Échappant à la soumission des «gourous du vin» nous pourrons en buveurs goguenards oublier de déguster afin de profiter du simple fait de boire avec plaisir et modération...


« Les perles d'une caviste » de Sandrine Goeyvaerts
Editions Hachette Pratique 2017, broché 128 p, 12,90 €

Couverture Les perles d'une caviste: 100 clichés sur le vin et 100 bouteilles pour y remédier de Sandrine Goeyvaerts

Acheter sur Amazon Acheter sur le site de la FNAC

Les Perles d'une caviste :
100 clichés sur le vin et 100 bouteilles pour y remédier

Présentation de l'éditeur :

« Il est périmé votre vin, il est marqué 2006 sur l'étiquette ! » « Vous vendez du vin en biodynamie ? Vous n'avez pourtant pas l'air d'une hippie ? » « Je vous ramène ça, y a plein de dépôt, j'ai peur de tomber malade. »

Sandrine Goeyvaerts est caviste. Des idées reçues sur le vin, elle en a entendu beaucoup. 100 clichés que l'auteur bat en brèche dans un ouvrage didactique et ludique sur le vin. Ces 100 préjugés sont l'occasion pour l'auteur de faire le tour des vignobles, de nous parler - avec ce ton décomplexé qui la caractérise - des accords mets et vins, des cépages, de l'effet millésime, du rosé, des vins bios, de la température de service... Et en bonne caviste, de conseiller 100 bouteilles à connaître.


« Les petits vignobles : Des territoires en question » de Collectif
Editions Presses Universitaires de Rennes 2017, broché 201 p, 20,00 €

Couverture Les petits vignobles : Des territoires en question de Collectif

Acheter sur Amazon Acheter sur le site de la FNAC

Présentation de l'éditeur :

Par l’intermédiaire des sciences sociales, ce livre réévalue la perception, la place et les mutations des petits vignobles. Ainsi, il interroge en premier lieu le sens de « petit » dans le monde vitivinicole français, au travers de l’examen des vignobles de Madiran, de Buzet, de Bordeaux, du Rouergue, de Cahors, de Bourgogne et de Touraine. En analysant les spécificités de ces territoires de l’époque médiévale à nos jours, les auteurs mettent en lumière l’organisation du marché, les logiques spatiales et la diversité des pratiques viticoles en France.

Ouvrage collectif sous la direction de Stéphane Le Bras.


« Une passion du vin » de Jérôme Perez
Editions Libre et Solidaire 2016, broché 160 p, 11,50 €

Couverture Une passion du vin de Jérôme Perez

Acheter sur Amazon Acheter sur le site de la FNAC

Présentation de l'éditeur :

Cet ouvrage dénonce avec passion un système où l'intérêt prime et conforte une hiérarchie admise et figée. Avec vigueur, Jérôme Pérez met en lumière les abus des rouages mis en place du Bordelais à la Bourgogne - ne visant qu'à justifier les tarifs exorbitants des vins starisés - tout autant que le rôle de la critique qu'il considère comme instrumentalisée par le négoce des grandes étiquettes. Il montre que l'indépendance du goût est une chimère, oscillant entre modes et tendances, et milite pour une conception culturelle, esthétique et identitaire du vin .En décryptant les fondements de sa propre passion, l'auteur permettra à chacun de mieux connaître la sienne. Il s'agit de donner la parole aux consommateurs et aux amateurs pour leur propre plaisir, et non de se faire manipuler par le marketing des industriels du vin.

Nota : Jérôme Perez est l'un des fondateurs du site La Passion du Vin.


« Le Vin snob » de Jacques Orhon
Editions de l'Homme 2016, broché 264 p, 18,00 €

Couverture Le Vin snob de Jacques Orhon

Acheter sur Amazon Acheter sur le site de la FNAC

Présentation de l'éditeur :

Avec sa verve habituelle, une pointe de dérision et une bonne dose d'humour, Jacques Orhon livre le fruit d'une expertise développée au fil de plus de quatre décennies passées dans le monde du vin. Un monde devenu, à certains égards, si intimidant qu'il fait fuir les œnophiles en devenir et dépouille de tout plaisir l'expérience du divin nectar.

Pour remettre les pendules à l'heure, le maître sommelier démythifie les approches biologiques et «nature», les vins de stars et la spéculation, et il s'en prend notamment aux phénomènes de mode, au marketing, à l'obsession du millésime, aux gadgets et à la dictature des notes. Il pose un regard aiguisé et critique sur les multiples facettes et intervenants du milieu afin de jeter sur eux un éclairage vif et inédit.

Ce livre, qui s'adresse aux vrais amoureux du vin, constitue un coloré et vibrant plaidoyer pour qu'il redevienne ce qu'il devrait être avant tout: un plaisir partagé simplement, en toute convivialité.


« Bordeaux connection » de Benoist Simmat
Editions First 2015, broché 300 p, 18 €

Couverture Bordeaux connection de Benoist Simmat

Acheter sur Amazon

Présentation de l'éditeur :
"Bordeaux". Le mot en impose sur une table. Mais sur l'échiquier de la globalisation économique, l'influence de cette bouteille de 75 cl va dorénavant bien au-delà de son goût consensuel. Une véritable caste s'est emparée de ce joyau du patrimoine pour le faire fructifier, souvent bien au-delà du raisonnable. Aujourd'hui, les 200 grands crus bordelais qui comptent entendent muer en autant de marques de luxe, écoulées à prix d'or auprès de l'élite de la mondialisation. Pour des bouteilles coûtant 20 ou 30 euros pièce à produire, décupler le prix à la vente représente une source de rentabilité unique au monde. Mais n'est pas Pétrus, Lafite, Margaux, Yquem, ou Latour qui veut. En s'affranchissant de la réalité économique pour multiplier leurs gains, les nouveaux industriels propriétaires des grands crus, ces nouvelles 200 familles, dilapident un trésor national par-delà nos frontières, dans les pays qui produisent des milliardaires, Chine en tête.
Bordeaux Connection raconte pour la première fois au grand public, ce système des grands crus vu de l'intérieur. Depuis les secrets de fabrication d'une bouteille à Bordeaux jusqu'aux mystérieuses transactions opérées en Asie, en passant par toutes les questions qui fâchent : classements inadaptés ; culture bio inexistante ; inféodation à un "goût mondial"; rupture avec un public d'amateurs français ; impuissance devant la contrefaçon, etc. Dans cet univers aussi feutré qu'impitoyable, qui tranche singulièrement avec la pauvreté des "petits Bordeaux", le temps de l'autocritique n'est-il pas venu ?


« Tout savoir sur... Les femmes et le vin » de Mona Lalbat
Editions Editions Kawa 2014, broché 260 p, 29,90 €

Couverture Tout savoir sur... Les femmes et le vin de Mona Lalbat

Acheter sur Amazon
PriceMinister

Présentation de l'éditeur :

Un livre sur les femmes et le vin, sur la place de la femme dans le monde du vin, en tant que consommatrice, amatrice et également en tant que professionnelle. Avec son évolution, ses difficultés et aussi ses atouts, ses choix et ses préférences. On découvre dans ce livre des femmes passionnées, courageuses et parfois plus décomplexées qu il n y paraît, une analyse autour des concepts marketing et l évolution actuelle du monde du vin, et enfin quelques préjugés et a priori contredits. Surtout, un livre parlant du vin, donc de passion et de partage mais également de valeurs comme le courage, la ténacité, le travail, l amour de la nature et du terroir... Où femmes et hommes se retrouvent et sont complémentaires... Le témoignage de nombreuses femmes, vigneronnes, oenologues, sommelières... d autres métiers permettant à chacune de vivre autour de la passion du vin... et tout de même quelques hommes qui parlent des femmes et du vin ! Avec la participation de plus de 70 passionnés !


« Vino business » de Isabelle Saporta
Editions Albin Michel 2014, broché 350 p, 19,00 €

Couverture Vino business de Isabelle Saporta

Acheter sur Amazon
PriceMinister

Présentation de l'éditeur :
Sur les terroirs de la viticulture française, derrière les étiquettes prestigieuses de nos plus grands vins, se joue un impitoyable Dallas hexagonal avec ses rivalités, ses haines viscérales, ses intrigues et ses coups bas. Une tragi-comédie viticole sur fond d argent roi, avec ses héros, ses mégalos et ses salauds. Mais chut... Le silence est de mise car les enjeux sont colossaux. Le vin, véritable or rouge, est devenu le pétrole moderne que s'arrachent à des prix indécents les gros industriels et les investisseurs asiatiques sous le regard bienveillant de nos services publics.

Cette enquête inédite et approfondie dévoile pour la première fois la face cachée de nos vins. Un document choc qui révèle l'épopée de breuvages plombés par les pesticides, la spéculation folle qui a pris d'assaut nos vignes et nos vins, les mystères du classement des grands crus, et la cécité volontaire des autorités. Un petit monde à la cruauté sans pareille, où tous les coups sont permis.


« La Face cachée du vin : Manifeste du bien boire » de Laurent Baraou
et Monsieur Septime - Editions François Bourin 2013, poche 208 p, 10,00 €

Couverture La Face cachée du vin : Manifeste du bien boire de Laurent Baraou et Monsieur Septime

Acheter sur Amazon
PriceMinister

Présentation de l'éditeur :
Le vin est un produit vivant. Il est l'expression d'un terroir et le reflet du travail des vignerons. Pourtant, en à peine cinquante ans, il a quitté le domaine du vivant pour devenir un produit industriel : aseptisé, stable dès sa mise en bouteille et consommable immédiatement. Dans les rayons des hypermarchés, stocké à la verticale, le vin ne craint plus ni la chaleur, ni la lumière. La chimie a fait des miracles pour répondre aux besoins de sociétés commerciales souhaitant un produit stable et uniforme. Seul le marketing compte. Et c'est bien là le paradoxe : tandis que l'on a essayé de créer une dynamique qualitative par le biais des AOC, l'industrie alimentaire s'est engouffrée dans les failles du système, l'étiquette prenant le dessus sur le vin, et le contenant sur le contenu. Pourtant, tous les vignerons n'ont pas cédé à cette facilité. Et on assiste aujourd'hui au renouveau de certains petits vignobles et de vins de table aux qualités et aux spécificités étonnantes. Ce sont eux que La Face cachée du vin souhaite vous faire découvrir... pour le plaisir.


« Bacchus et moi » de Jay McInerney
Editions de la Martinière 2013, broché 420 p, 23,00 €

Couverture Bacchus et moi de Jay McInerney

Acheter sur Amazon
PriceMinister

Présentation de l'éditeur :
Ce livre de Jay McInerney réunit soixante-six de ses chroniques parues dans House and Garden et dans le Wall Street Journal, chroniques qui se nourrissent des connaissances qu'il a accumulées avec le temps sur toutes sortes de vins, sur les gens et les lieux qui les produisent à travers le monde. On voyage ainsi avec lui des châteaux légendaires de la culture vinicole à l'Australie, la Nouvelle-Zélande, en passant par les collines de Santa Rita et Paso Robles, l'Argentine et le Chili. On rencontre ces "fous de raisin", vigneron, sommelier, expert, qui ont mis leur énergie au service de leur passion et les personnalités du monde vinicole deviennent les personnages des récits oenophiles de McInerney. De même qu'un récit d'explorateur nous fait découvrir des contrées lointaines et exotiques, ceux du romancier new-yorkais connu pour ses goûts de luxe traitent de vins très rares et très chers. Mais il s'intéresse aussi à des vins obscurs ou sous-évalués. Si on apprend beaucoup de ses réflexions sur le monde du vin, on s'amuse également de ses nombreuses anecdotes et de ses comparaisons brillantes et cocasses. Qu'est-ce qui différencie Lafite et Mouton ? Comment lire les étiquettes de vin allemand ? Quels sont les champagnes accessibles (ou décidément pas) ? Que boire avec les cuisines asiatiques ? Par quel miracle l'expression "vin californien" a-t-elle cessé d'être un oxymore ? Voilà quelques-unes des questions auxquelles ce recueil instructif et réjouissant permet de répondre en toute subjectivité car, pour McInerney, le goût du vin doit rester une affaire hautement sentimentale.


« Du terroir à la guerre du goût » de Franck Dubourdieu
Editions Confluences 2012, broché 184 p, 15 €

Couverture Du terroir à la guerre du goût de Franck Dubourdieu

Acheter sur Amazon
PriceMinister

Présentation de l'éditeur :

Je m'obstine depuis quarante ans à défendre les vins de terroir. J'en fais [...] un éloge appuyé et récurrent. Je le fais, tout autant, avec le même enthousiasme, pour l'authenticité et la finesse qui leur sont associées. Le cheminement de mon goût [...] m'a conduit à cette profonde conviction. Cette prise de position forte rencontre la crise qui secoue aujourd'hui le monde du vin. Le considérable développement des vins du Nouveau Monde, la domination progressive d'un goût mondialisé et la démission d'une grande partie des vins français, notamment bordelais, en sont les causes les plus profondes.

Après avoir, dans une première partie, défini et expliqué le sens de ce mot trop galvaudé de "terroir", et des notions qui en découlent, Franck Dubourdieu, s'appuyant sur sa longue expérience de dégustateur, se penche sur la question du goût du vin et cherche à nous en faire comprendre toute la complexité. Enfin il analyse la véritable "guerre du goût", qui est aussi une guerre économique, pour "attirer l'attention de l'amateur, du dégustateur, sur un débat culturel relatif à la civilisation du vin". Cet ouvrage engagé ne serait pas complet sans un long chapitre sur la pratique de la dégustation, à destination du dégustateur professionnel comme de l'amateur


« Le vin et ses marchés : Annales n°5 » de Jean-François Trinquecoste
Editions Féret 2013, broché 144 p, 29,50 €

Couverture Le vin et ses marchés : Annales n°5 de Jean-François Trinquecoste

Voir le site de l'éditeur
Acheter sur Amazon

Chaque année, sous la direction de Jean-François Trinquecoste, douze universitaires nous livrent un bilan sur le marché du vin.
Ce bilan couvre plusieurs domaines :

- juridique avec les nouveautés législatives et les affaires jugées,
- économique avec les chiffres de vente à l'export, la situation de la vente en ligne,
- éco-touristique avec le développement de l'oenotourisme,
- marketing avec les évolutions en matière de packaging,
- onologique avec les caractéristiques du millésime 2011 à Bordeaux,
- de la viticulture avec une étude sur le passage en agriculture biologique.
Enfin, le dernier quart de l'ouvrage aborde plus rapidement une douzaine de sujets différents liés au marketing du vin.

Ce fascicule est plus qu'un vade-mecum car il apporte un éclairage sur de nombreux sujets. Certes, ses origines bordelaises sont souvent perceptibles mais il intéressera certainement tous les professionnels du vin, à Bordeaux et ailleurs.


« Portraits intimes des hommes du bordeaux » de Jean-Marc Koch
Editions Féret 2011, relié 120 p, 29,90 €

Couverture Portraits intimes des hommes du bordeaux de Jean-Marc Koch

Acheter sur AmazonPriceMinister

Jean-Marc Koch connaît bien le monde du vin bordelais puisqu'il a passé plus de vingt ans à la direction marketing du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux. Avec Portraits intimes, il nous propose une petite vingtaine de portraits de personnalités, choisies « parce qu'ils ont fait avancer Bordeaux ». On y trouve principalement des responsables d'instances viticoles comme Jean-Paul Jauffret, des grands dirigeants de domaine comme André Lurton ou Jean-Michel Cazes, mais aussi un journaliste (Bernard Sirot), un cuisinier (Michel Portos), .

Dans ses portraits, l'auteur se concentre sur la carrière, le parcours professionnel tout en cherchant à livrer des éléments de la personnalité de chacun. En revanche, il n'y a que très peu de considérations onologiques : par exemple le portrait de Denis Dubourdieu ne parle guère de son approche du vin et si Alain Moueix parle de la biodynamie, cela reste au niveau de grandes généralités.

Ce type de portraits pourra dérouter les oenophiles avides de détails sur leurs vins préférés et sur la philosophie de leurs créateurs. En revanche, le livre de Jean-Marc Koch intéressera sans aucun doute tous les connaisseurs du monde du vin à Bordeaux.


« La Bataille du vin et de l'amour : Comment j'ai sauvé le monde de la parkerisation » de Alice Feiring - Editions Jean-Paul Rocher 2010, broché 255 p, 21,30 €

Couverture La Bataille du vin et de l'amour : Comment j'ai sauvé le monde de la parkerisation de Alice Feiring

Acheter sur Amazon Acheter sur le site de la FNAC

Présentation de l'éditeur :
"Alors, Alice, as-tu réussi à sauver le monde ?" Cette question, suivie d'un léger ricanement, revient souvent ces derniers temps. J'avais pour habitude de répondre que le titre du livre est ironique et je n'ai jamais cru que, simple écrivain, je pouvais réellement changer grand-chose à quoi que ce soit. Mais aujourd'hui ma réponse est différente : "Eh bien, je n'ai peut-être pas sauvé le monde mais j'ai à tout le moins le mérite d'avoir ouvert le dialogue". Alors que la popularité de Parker a inauguré le règne des vins trop fruités et patauds, et des techniques qui peuvent donner ce genre de vins, de nouvelles menaces se font jour, comme la réforme de l'Union européenne concernant la production de vin. Les nouvelles lois sur les AOC, qui n'offriront toujours pas de parangon de la qualité, ne vont pas améliorer la situation non plus. Je ne comprends pas ce triomphe de l'ersatz sur l'authentique. Je ne comprends pas pourquoi on s'inspire des pratiques australiennes. Au lieu de cela, pourquoi ne pas analyser ce qui se passe dans le Beaujolais ? La troupe de vignerons qui travaillent de manière naturelle et produisent des vins somptueux n'a absolument aucun problème à rencontrer l'approbation des amateurs, qu'ils soient français ou d'ailleurs. En fait, il n'y a pas assez de vins produits de cette façon-là pour contenter tous les buveurs, et ils sont de plus en plus nombreux chaque jour à découvrir les vins naturels. D'un côté se trouvent les partisans de la pureté des vins, de l'autre, ceux auxquels elle fait peur. Entre les deux, il y a la possibilité d'une révolution dans le monde du vin. Cette dernière a besoin de littérature. Et c'est ainsi que j'ai mené bataille pour la mienne.
Alice Feiring, New York, le 28 décembre 2009.


« La gouvernance des terroirs du vin » de Jean-Claude Hinnewinkel
Editions Féret 2010, broché 360 p, 44,50 €

Présentation de l'éditeur :
La gouvernance des vignobles est une question d'actualité comme ce fut le cas à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle lors de la crise qui devait accoucher des premières lois sur les appellations d'origine.

Couverture La gouvernance des terroirs du vin de Jean-Claude Hinnewinkel

Voir le site de l'éditeur
Acheter sur Amazon

PriceMinister

Les débats qui se sont déroulés au cours de ce colloque offrent une synthèse remarquable sur la façon dont les travaux de sciences humaines et sociales sont susceptibles d'éclairer les problèmes qui perturbent aujourd'hui le monde viticole.

Dans une première partie sont présentés la problématique et les principaux concepts et notions mobilisés : l'espace de la gouvernance, la gouvernance territoriale et la qualité d'une production agricole.La seconde partie a pour objectif de contextualiser cette problématique de la bonne échelle de la gouvernance des terroirs vitivinicoles en exposant les principaux points de la réforme de l'INAO, et en fournissant des points de comparaison avec d'autres gouvernances en France et en Europe.

Avec la troisième partie, les horizons géographiques s'élargissent en offrant des points de repères sur les modes de gestion des nouveaux concurrents de la planète des vins. Puis une diversification scientifique des approches donne la parole à différentes composantes des sciences humaines et sociales pour donner des pistes de réflexion sur l'avenir des terroirs dans la mondialisation. La quatrième partie présente des études de cas choisies dans les vignobles traditionnels du Sud-Ouest.

Cet ouvrage présente ainsi une série de mises au point sur les situations de nombreux vignobles, localisés en France et ailleurs dans le monde. Il développe et répond à plusieurs questions fondamentales. Quelle expertise est-on en mesure de faire à propos des crises de la vigne et du vin, de nos jours ? Quelles sont, en matière de gouvernance, territoriale ou de filière, les mesures efficaces prises pour les contrer ? Comment envisager, par le truchement de mesures de gouvernance appropriées, une durabilité du développement social, économique et environnemental des vignobles ?

Ce livre s'adresse en priorité aux professionnels de la vigne et du vin (responsables syndicaux, membres des interprofessions, animateurs de pays viticoles,...), et passionnera sans aucun doute les chercheurs et étudiants concernés par la filière ainsi que les acteurs politiques des régions viticoles.


« Le marché des réputations : une sociologie du monde des vins de Bordeaux »
de Pierre-Marie Chauvin - Editions Féret 2010, broché 268 p, 39 €

Chercheur en sociologie économique, Pierre-Marie Chauvin se penche sur le fonctionnement du marché des vins de Bordeaux et, plus précisément, sur la construction de la réputation dans ses différentes formes.

Couverture Le marché des réputations de Pierre-Marie Chauvin

Voir le site de l'éditeur Acheter sur Amazon
PriceMinister

L'auteur débute son analyse par les fondations, en l'occurrence le classement de 1855, principalement par l'observation précise de la révision de 1973. Il poursuit par l'étude des mécanismes qui permettent de fixer un prix : c'est la campagne des primeurs 2007 qui lui sert de champ d'étude pour en observer les facteurs, avec bien entendu l'importance des critiques vinicoles, et les enjeux. Enfin, il se penche sur la construction de la signature avec une fine analyse du rôle des consultants. Cette dernière partie est particulièrement intéressante.

Objet d'une thèse de sociologie, cette étude est particulièrement précise et complète. Pierre-Marie Chauvin se place à la bonne distance, ni trop loin, ni trop près : il connait suffisamment bien le monde du vin pour en saisir toutes les nuances et toutes les influences et, en même temps, il sait garder un recul suffisant pour analyser et étudier sans attitude partisane.

Par une coïncidence du calendrier, ce livre sort à un moment où la campagne des primeurs 2009 est allée encore plus loin dans l'excès. L'étude de Pierre-Marie Chauvin apporte un éclairage sur ce négoce bordelais qui semble être en roue libre. Son livre est incontestablement la meilleure étude sur le marché bordelais parue à ce jour.


« Le marché de l'excellence » de Marie-France Garcia-Parpet
Editions Seuil 2009, broché 272 p, 20 €

Marie-France Garcia-Parpet est chercheur à l’INRA. Son ouvrage Le marché de l’excellence est sous titré Les grands crus à l’épreuve de la mondialisation. Ce titre pourrait laisser penser qu’il s’agit d’une analyse de la frange supérieure du marché du vin mais son étude est en fait plus générale : comment le monde viticole français tente t-il actuellement de garder la place de choix qu’il a longtemps occupée seul ? L’auteur propose une approche sociologique, avec les producteurs au premier plan des agents économiques, pour expliquer la situation économique.

L’ouvrage comporte trois grands volets : l’observation du monde viticole ancré dans la tradition (le sujet pris pour cette partie de l’étude étant l’appellation Chinon et le salon des vins de Loire), l’irruption des vins du Nouveau Monde et des grands prescripteurs et enfin l’analyse d’une région en pleine transformation, le Languedoc.

L’analyse sociologique porte surtout sur les producteurs et parfois les autres agents économiques de la filière, la dimension oenophile étant laissée de côté (avec toutefois un portrait de François Audouze, qui est certes à classer parmi les grands amateurs mais qui est assez unique en son genre). De même, la demande pour des vins biologiques, sans doute trop récente et encore marginale, n’est pas prise en compte.

Le regard peut paraître très global et général mais dans la partie où l’auteur se penche sur le Languedoc, l’analyse est à la fois plus fine et plus actuelle. C’est incontestablement cette partie de l’étude de Marie-France Garcia-Parpet qui est la plus intéressante. L’ouvrage dans sa totalité intéressera aussi certainement à toute personne étrangère au monde du vin soucieuse d’en comprendre les mécanismes et les fondements sociaux.

Couverture Le marché de l'excellence de Marie-France Garcia-Parpet

Acheter sur Amazon
PriceMinister


« In Vino Satanas! » de Denis Saverot & Benoist Simmat
Editions Albin Michel 2008, broché 250 p, 16 €

Les auteurs d’In Vino Satanas se penchent sur ce paradoxe : alors que le vin français conserve toute son aura à l’étranger, son image semble se dégrader en France et il doit faire face à des attaques de plus en plus nombreuses. Denis Saverot est bien connu des amateurs de vin en tant que rédacteur en chef de La Revue du Vin de France et Benoist Simmat est reporter au service économique du Journal du Dimanche.

Couverture In Vino Satanas! de Denis Saverot & Benoist Simmat

Acheter sur Amazon
PriceMinister

Le vin serait-il devenu politiquement incorrect ? Pourquoi la France semble t-elle vouloir tourner le dos à sa culture de plaisir ? Telles sont les questions que pose ce livre où les auteurs mettent en avant les signes de cette dérive.

Si certaines pages un peu "people" pourront paraître à certains lecteurs un peu inutiles (description de repas fastueux dans le bordelais), Denis Saverot et Benoist Simmat abordent par ailleurs bon nombre de sujets : les excès de la lutte contre l’alcoolisme, la diabolisation du plaisir, les dégustations des primeurs bordelais, les classements et leurs révisions, l’influence de Robert Parker et des autres critiques, l’uniformisation du goût, le fonctionnement du marché gris des très grands crus.

Sur tous ces sujets, ils apportent une analyse à la fois pertinente et claire, sans parti pris polémiste trop marqué. In Vino Satanas est ainsi un livre particulièrement intéressant pour l’amateur de vins. Il donne une bonne vision de l’état du marché du vin en France et pose de bonnes questions sur l’évolution de notre société.


« Choses bues » de Jacques Dupont
Editions Grasset 2008, broché 306 p, 18,50 €

Jacques Dupont est un dégustateur/chroniqueur bien connu des amateurs de vins. Ses écrits dans l’hebdomadaire Le Point sont toujours parmi les plus intéressants qui soient ; personnellement, je ne rate jamais ses numéros spéciaux, toujours passionnants.

Choses Bues est un livre assez personnel où il nous raconte son étroite relation au vin. Celle-ci débute par son attirance pour les arômes pour se prolonger avec les rencontres et les personnes qu’il a côtoyées et qui l’ont marqué. Ces émotions, ils nous les fait partager et par la même l’essence de son amour pour le vin. Son recul, sa vision du monde du vin sont pour nous, amateurs, particulièrement enrichissants car sa vision paraît toujours s’être re-concentrée sur l’essentiel.

Jacques Dupont a toujours été quelqu’un qui n’hésite pas à sortir des entiers battus et son livre est à son image, c'est-à-dire loin de tout formatage. Choses Bues n’est pas un livre pamphlet de plus qui dénonce la dérive du monde du vin et avance toute une série de remèdes ; non, c’est un livre très authentique dans lequel on se laisse glisser avec plaisir.
Un vrai livre d’amateur de vin…

Couverture Choses bues de Jacques Dupont

Acheter sur Amazon
PriceMinister


« C'est du vin... et alors? - Dico incorrect du Vin » de Roland Lecarpentier
Editions Timée-Editions 2008, broché 208 p, 17 €

Couverture C'est du vin... et alors? Dico incorrect du vin de Roland Lecarpentier

Acheter sur Amazon
PriceMinister

Roland Lecarpentier connaît très bien le monde du vin : il a été entre autres sommelier, caviste, responsable de clientèle dans une grande marque. Dans son Dico Incorrect du Vin, il nous livre dans un style très enlevé ses réflexions et sa vision du vin ; il en profite pour casser quelques idées reçues.

En guise d’introduction, il nous raconte avec beaucoup d’humour ses premiers pas dans le vin en école hôtelière. Roland Lecarpentier a incontestablement un style et des talents de conteur, son récit (hélas trop court) est à la fois très amusant mais surtout édifiant…!

Ensuite, l’essentiel du livre se présente comme un petit dictionnaire, mais cette forme est surtout un prétexte pour aborder le maximum de sujets différents. Donc pas définition scolaire mais des réflexions, des analyses agrémentées ici et là de jolis jeux de mots et de nombreux traits d’humour.

Avec C’est du vin et alors ? Roland Carpentier nous prouve que le vin, ça n’est pas triste mais au-delà de l’humour, le fond est très intéressant car l’auteur possède une vision claire du monde du vin ; il a des prises de position nettes (que, personnellement, je partage pour la grande majorité, soit-dit en passant).

Très facile et plaisant à lire, c’est un livre que je recommande à tous les amateurs de (bons) vins.


« Mondialisation des vins » de Jean Clavel
Editions Féret 2008, broché 190 p, 19 €

Couverture Mondialisation des vins par Jean Clavel

Acheter sur Amazon
PriceMinister

Jean Clavel est une personnalité bien connue dans le monde du vin : vigneron du Domaine Clavel, il a aussi assuré la direction du Syndicat des Coteaux du Languedoc pendant 17 ans, jusqu’en 1993, puis d’un syndicat communal jusqu’en 2003. Du fait de sa connaissance des instances générales et sa bonne maîtrise des différents concepts, son regard sur le monde du vin est des plus intéressants.

Il nous propose ici un certain éclairage sur l’évolution actuelle du monde du vin, une évolution marquée par la mondialisation des échanges alors que la viticulture française reste toujours ancrée dans une structure de type familiale. La situation viticole mondiale, européenne, française est très complexe et son ouvrage aide à avoir une vision un peu plus claire de ses composantes et des obstacles à son adaptation.

Jean Clavel part du contexte mondial pour se concentrer ensuite sur l’Europe puis sur la France. Il nous livre à la fois une analyse de l’état des lieux et des voies de réforme pour ne pas subir une évolution qui ferait disparaître la qualité de la production viticole française.

Ecrit de l’intérieur par un homme de conviction, son ouvrage est un livre engagé dont la lecture est éclairante : elle aide à se frayer un chemin dans la complexité de la situation actuelle. Mondialisation des Vins intéressera en premier tous les professionnels du vin bien entendu, mais aussi les amateurs qui cherchent à avoir une vision large et complète du monde du vin.


« L'inconnu de Bordeaux » de Roland Feredj
Editions Féret 2008, broché 64 p, 12,50 €

Après O.P.A. sur la Viticulture, Roland Feredj nous propose un court essai sur le milieu professionnel du vin à Bordeaux et son environnement politique local. Après avoir souligné les atouts du secteur du vin à Bordeaux, il met en relief les éléments économiques et sociaux qui influent sur son évolution, le poids de la presse locale, le manque de vision des décideurs politiques bordelais sur la filière du vin.

Ecrit peu avant les élections municipales et cantonales de mars 2008, son texte acquiert donc une résonance toute particulière mais sa portée dépasse ce simple cadre temporel et géographique : Bordeaux est, avec la Champagne, la région de France où le vin tient la plus grande place dans le tissu économique régional et l'exemple bordelais est sans aucun doute emblématique.

Lire aussi du même auteur : O.P.A. sur la Viticulture   -   Voir le site internet de l'éditeur

Couverture L'inconnu de Bordeaux - Roland Feredj

Acheter sur Amazon
PriceMinister


« Le goût et le pouvoir » de Jonathan Nossiter
Editions Grasset 2007, broché 412 p, 19,50 €

Jonathan Nossiter est, comme chacun sait, le réalisateur de Mondovino, film qui eut l’effet d’une véritable tornade dans le monde du vin, occasionnant des réactions souvent très vives et tranchées de nombreux professionnels et amateurs. Le Goût et le Pouvoir est un livre plus personnel où il expose sa conception du vin et en profite pour régler quelques comptes au passage.

Couverture Le goût et le pouvoir - Jonathan Nossiter

Acheter sur Amazon
PriceMinister

Le livre débute sur un registre assez anecdotique avec de nombreux apartés (sur le cinéma notamment, ce qui n’est pas inintéressant d’ailleurs), il raconte comment il a piégé son caviste favori, ses déceptions dans quelques restaurants parisiens à la mode, etc... Le ton est léger mais le discours reste, il faut bien l'avouer, au niveau de l'anodin. Il entre plus dans le vif du sujet à partir du milieu de l’ouvrage, nous relatant quelques dégustations de façon vivante et édifiante, nous permettant de vivre la rencontre avec quelques vignerons de talent et un grand sommelier (Gérard Margeon, une entrevue assez passionnante).

Ces dégustations et rencontres sont l’occasion pour Jonathan Nossiter de dire et redire son aversion pour les vins modernes. Si globalement on ne peut qu’être d’accord avec lui quand il fustige les vins racoleurs, confiturés et concentrés à l’extrême, il a tout de même une fâcheuse tendance à être jusqu’au-boutiste et intransigeant. On peut aussi regretter qu’il fasse une telle fixation sur Robert Parker…

En adoptant un angle d’approche assez original et en utilisant un ton très libre, Jonathan Nossiter rend son livre intéressant. Ses prises de position assez radicales nous fournissent matière à réflexion ce qui, au delà des polémiques, est assez essentiel. Il s’adresse avant tout aux amateurs un tant soit peu familiarisés avec le monde de vin.

Acheter sur AmazonNote : ce livre est également disponible en édition de poche à 7 euros (Ed. LGF 2009)

Lire aussi : la critique de Mondovino et celle de Mondovino, la série


« O.P.A. sur la viticulture » de Roland Feredj
Editions Féret 2007, broché 96 p, 18 €

Couverture O.P.A. sur la viticulture

Acheter sur Amazon
PriceMinister

Le monde professionnel viticole, Roland Feredj le connaît bien : diplômé de la filière, il est également directeur d’une interprofession de premier plan et maire d’une commune viticole de l’Entre-Deux-Mers. Avec ce fascicule d’une petite centaine de pages, il nous offre sa vision de l’organisation de la profession à l’heure où certaines nouvelles lois tentent de la réformer, une vision qu'il situe lui-même « entre fatalité et espoir ».

Avec verve et non sans humour, il décrit l’environnement de l’économie viticole, les organismes qui la structurent et les personnes qui l’animent, depuis les fonctionnaires jusqu’aux journalistes et aux consommateurs. Il analyse les évolutions en cours, ces réformes qui peuvent constituer un véritable bouleversement, au premier rang desquelles se trouvent les ODG (Organismes de Gestion) et les CB (Comité de Bassin). L’auteur reconnaît les bienfaits que peuvent avoir ces réformes mais au final y voit un renforcement du contrôle de l’Etat.

L’intérêt du livre de Roland Feredj est qu’il parvient à dépasser le stade du pamphlet pour proposer une analyse assez sereine de la structuration actuelle du monde viticole et des réformes en cours. C’est assurément celle d’un homme ancré dans la profession et dont l’attachement profond au monde viticole est patent au fil des pages. Ce petit livre intéressera en premier les membres de la profession, bien entendu; pour un amateur de vins, la lecture peut être un peu plus nébuleuse par moments mais cette vision d'un grand professionnel se révèle au final enrichissante.


« Pourriture Noble - Révolution dans les vins de Bordeaux »
de William Echikson - Editions Grasset 2005, broché 426 p, 19,50 €

Couverture

Acheter sur Amazon
PriceMinister

William Echikson est un journaliste américain en poste à Bruxelles, spécialisé dans le vin et la gastronomie. Dans ce livre, il nous présente les grands moments ou les affaires qui ont marqué le monde bordelais du vin ces dernières années et par là même, nous expose sa vision du marché actuel du vin de Bordeaux.

Débutant assez classiquement par la sortie en primeur du millésime 2000, William Echikson enchaîne nombre de sujets très actuels ou qui ont marqué l'histoire des vins de Bordeaux : le rôle des courtiers (essentiellement Jeffrey Davies), celui de Parker, de Michel Rolland, les vins de garage, Philippe de Rothschild, la bataille juridique autour d'Yquem, etc... L'auteur nous fait vivre ces évènements de l'intérieur, récits visiblement issus de nombreuses interviews (du moins on l'espère...).

La vision de William Echikson est intéressante dans le sens où il apporte un regard extérieur car bien que connaissant parfaitement la France, il conserve sa culture anglo-saxonne. Sa vision est essentiellement moderniste, sorte de pendant à Mondovino (souvent excessif dans l'autre sens...), une vision non dénuée de parti-pris. Sa vision est aussi très centrée sur le marché américain, mais il faut garder à l'esprit que ce livre a été initialement édité aux Etats-Unis. Il s'agit ici d'une traduction.

Mais que l'on adhère ou pas totalement à cette vision (personnellement, je n'y adhère pas), le livre reste très intéressant à lire : c'est un récit vivant et remarquablement écrit. Au final, il nous donne un état des lieux vu d'un oeil plutôt moderniste et extérieur, et permet à nous, amateurs, de mieux comprendre les tenants et aboutissants des changements qui s'opèrent dans le monde actuel du vin et les alternatives qui s'offrent à leurs différents acteurs.


« Le monde du vin a-t-il perdu la raison? » par Guy Renvoisé
Editions du Rouergue 2004, broché 380p, 29 €

Guy Renvoisé: Le monde du vin a-t-il perdu la raison?

Acheter sur Amazon
PriceMinister

Reprenant le schéma de son livre précédent « Le Monde du Vin: Art of Bluff » sorti dix ans plus tôt, Guy Renvoisé part en guerre contre toutes les pratiques et usages qu'il juge injustifiés. Et rien ni personne n'est épargné...

Pratiques culturales, vinification, commercialisation, Guy Renvoisé tape sur tout ce qui bouge, et il y a certes des moments où l'on a envie d'applaudir des deux mains. Cependant, au fil des pages, on finit par s'interroger devant l'absence totale du moindre élément positif, du moindre rayon de soleil dans ce tableau sinistre.

Il faut attendre la seconde partie du livre, où l'auteur passe en revue les différentes régions viticoles françaises, pour percevoir tout son intérêt pour le monde du vin et notamment sa grande connaissance de la Bourgogne. Toutes les appellations françaises sont passées en revue, avec les noms des (quelques!) vignerons dignes d'intérêt selon lui. Cette partie m'a semblé intéressante, même si les jugements sont extrêmement tranchés...

Ce n'est certainement pas le livre idéal à offrir à une personne attiré par le monde du vin, car ce portrait très noir peut agir comme un repoussoir. Le désenchantement de l'auteur est nettement perceptible. Cependant, même s'il s'y prend de façon rude, expéditive et sans nuance, Guy Renvoisé dit tout de même certaines choses qu'il est bon de dire. Dans une courte conclusion, il se défend par avance de son acrimonie en citant l'adage "qui aime bien, châtie bien".


« La Bouillie Bordelaise » de Bernard Ginestet
Editions Flammarion 1975, broché 241 p, 10 €

Le récent décès de Bernard Ginestet m'a poussé à lire ce livre dont j'ai tant entendu parler, en me posant cette question « Comment ce livre qui fut une petite bombe à l'époque de sa sortie peut-il être perçu aujourd'hui ? ».

Le ton est donné dès le titre lui-même, un jeu de mots savoureux : la bouillie bordelaise est une préparation à base de sulfate de cuivre et il se trouve que, jusqu'au XIXè siècle, on désignait les sulfates sous le terme de « vitriol ». Bernard Ginestet porte donc son regard sur la profession, et ne va pas hésiter à asperger certains de vitriol. Rappelons qu'à cette époque, il était à la tête de Château Margaux.

Certains passages sont étonnamment actuels : il nous parle de la montée excessive du prix des Bordeaux, de millésimes annoncés comme étant quasiment "du siècle" qui se révèlent bien fades deux années plus tard, de pratiques douteuses de coupages ou de substitutions (assez ironiquement, le dernier scandale de ce type aujourd'hui met indirectement en cause une maison de négoce qui porte son nom), et aussi des buveurs d'étiquette.

La Bouillie Bordelaise de Bernard Ginestet

Acheter sur Amazon
PriceMinister

Pourtant, le côté "pamphlet" a quelque peu vieilli : tant de livres ont été écrits depuis, tant de pratiques douteuses ont été révélées que ces écrits ne peuvent avoir le même effet explosif aujourd'hui.
Je dois avouer avoir pris un peu moins de plaisir à lire ce livre que je ne l'escomptais : autant, Bernard Ginestet est excellent par moments pour narrer certaines anecdotes dans un style truculent, autant on a parfois l'impression qu'il étire son texte. Néanmoins, ce livre a pris un aspect historique maintenant et ne serait-ce que dans cette optique, il reste recommandable.



Autres livres sur le Monde du vin :
(non lus mais certainement dignes d'intérêt)

Du terroir
à la guerre du goût

de
Franck Dubourdieu
(2012)

Entre les vignes
Récits, rencontres
et réflexions
autour du vin

de
Jacques Orhon
(2011)

France,
ton vin est
dans le rouge

de
Christophe Juarez
(2011)

La bataille du vin
et de l'amour

Comment j'ai sauvé
le monde
de la parkerisation
de Alice Feiring
(2010)

Couverture Du terroir à la guerre du goût de Franck Dubourdieu

Acheter sur Amazon

Couverture Entre les vignes - Récits, rencontres et réflexions autour du vin de Jacques Orhon

Acheter sur Amazon

Couverture France, ton vin est dans le rouge de Christophe Juarez

Acheter sur Amazon

Couverture La bataille du vin et de l'amour de Alice Feiring

Acheter sur Amazon

Le Jugement de Paris
Le jour où les vins
californiens surclassèrent
les grands crus français

de
George M. Taber
(2008)

Le Terroir
et le Vigneron

de
Jacky Rigaux
(2006)

Du terroir
au palais

de
Frédéric Morisset
(2012)

Invignez-vous !
de
Jacques Dupont
(2013)

Couverture Le Jugement de Paris - Le jour où les vins californiens surclassèrent les grands de George M. Taber

Acheter sur Amazon

Couverture Le Terroir et le Vigneron de Jacky Rigaux

Acheter sur Athenaeum

Couverture Du terroir au palais de Frédéric Morisset

Voir le site de l'éditeur

Couverture Invignez-vous ! de Jacques Dupont

Acheter sur Amazon


Précédent Suivant