Le petit Guide
Loisel
des vins

dossier
Champagne
Chateau Loisel - Le petit guide Loisel des vins
Facebookflux RSS

L'étiquette du champagne

Ce petit article ne va pas lister les mentions obligatoires sur une étiquette de champagne mais plutôt indiquer celles qui sont vraiment utiles à l’amateur : ces mentions peuvent effectivement nous donner des indications importantes.

Le mot CHAMPAGNE doit être clairement visible. A noter que le champagne est la seule A.O.C. française dispensée d’indiquer appellation d’origine contrôlée : le mot champagne suffit. La mention méthode champenoise s’applique aux vins effervescents élaborés dans les autres régions françaises selon les mêmes méthodes qu’en Champagne.

Le nom du producteur est bien entendu le plus important. Ce peut-être un vigneron ou une marque mais le producteur doit être clairement identifiable. Une mention en petit caractère en bas de l’étiquette du style « Elaboré par R.L. 51870 » n’est pas bon signe du tout…

La catégorie professionnelle est une indication importante. Elle figure sous la forme de deux initiales suivies du numéro d’immatriculation dans un coin de l’étiquette. Pour les amateurs que nous sommes, les RM, NM et SR sont les plus intéressants. Les autres sont plutôt à éviter... sauf cas particuliers.

Champagne NMChampagne RMChampagne NMChampagne CM

RM Récoltant-Manipulant
: le vigneron élabore et commercialise lui-même son champagne. Les raisins peuvent provenir exclusivement de ses vignes... ou pas : en effet, il suffit aujourd'hui de faire le dégorgement soi-même pour avoir le droit d'être en RM. Ainsi un membre de coopérative qui récupère des bouteilles avant dégorgement peut les commercialiser en RM alors que la logique voudrait qu'elles le soient en RC puisqu'il ne s'agit pas de ses propres raisins mais de ceux de la coopérative. On ne peut donc plus se fier à la mention RM seule (le critère le plus pertinent serait plutôt le fait de posséder un pressoir). Il y a plus de 2000 RM en Champagne.

NM Négociant-Manipulant : le vigneron ou la société élabore et commercialise. Les raisins proviennent des vignes du domaine ou sont achetés, en totalité ou en partie. On en dénombre 250. Ce sont les grandes marques mais aussi certains vignerons qui choisissent ce statut pour des raisons fiscales ou bien encore parce que cela leur laisse la possibilité d’acheter un petit surplus de raisins. A noter que les quelque 20-25 plus gros NM contrôlent 50% du marché.

SR Société de Récoltants : un petit groupe de vignerons, souvent de la même famille, vinifient et commercialisent ensemble (avec éventuellement l’intervention d’une coopérative pour certaines opérations). Il n’y a qu’un petit nombre de SR.

RC Récoltant-Coopérateur : le viticulteur apporte ses raisins à une coopérative qui assure la vinification. Il récupère des bouteilles avant ou après dégorgement pour les commercialiser sous son nom propre. S’il récupère "ses" bouteilles après dégorgement, l’étiquette devra porter la mention « élaboré par la coopérative X à Y pour Z ». Si c’est avant dégorgement, le nom de la coopérative n’est pas mentionné. Il y a environ 3000 RC en Champagne.

CM Coopérative de Manipulation : la coopérative commercialise elle-même les champagnes élaborés avec les raisins de ses adhérents. Il y a environ 100 CM immatriculées en Champagne.

MA Marque Auxiliaire (ou Marque d’Acheteur) : Il s’agit d’une marque déposée par une personne physique ou morale qui désire commercialiser un champagne sous un nom lui est propre. Le plus souvent, il s'agit d'une chaîne de distribution, d'un revendeur, d'un restaurateur ou même d'un caviste. Parfois on peut découvrir sur l’étiquette la mention « élaboré par NM-xxxx » ce qui permet de connaître (après recherches) l’origine véritable du champagne. Il y a 3000 MA environ. Sauf quelques cas particuliers, il est préférable pour l’amateur d’éviter les MA car les champagnes les plus "indignes" sont généralement écoulés en MA.

ND Négociant-Distributeur : Une personne physique ou morale achète en bouteille des vins terminés et appose lui-même une étiquette à son nom.

Le nom du village doit figurer sur l’étiquette mais il s’agit du lieu où est localisée la maison de champagne, ce n'est pas obligatoirement l'emplacement des vignes.

LE DOSAGE DES CHAMPAGNES :
Brut Nature 0 gr/ litre ajouté
Extra-Brut entre 0 et 6 gr / litre
Brut moins de 12 gr / litre
Extra sec (Extra Dry) de 12 à 17 gr / litre
Sec (ou Dry) de 17 à 32 gr / litre
Demi-Sec de 32 à 50 gr / litre
Doux plus de 50 gr / litre
avec (depuis 2010) une tolérance de +/-  3 gr.

Le dosage est indiqué sous la forme : brut, extra-brut, brut nature, demi-sec, etc… (en savoir plus sur le dosage)

Le classement peut figurer sur l’étiquette. En Champagne, les villages sont classés sur une échelle en pourcentage (80 à 100%) liée au prix du raisin :
Grand Cru : vignes classées à 100%
Premier Cru : vignes classées entre 90% et 99%

Numéro de lot sur une étiquette de champagne
L’amateur qui suit régulièrement la production d’un vigneron ou d’une maison pourra faire attention au numéro de lot. Celui-ci figure souvent sur l’étiquette (c'est normalement obligatoire) sous la forme d’un numéro ou d’un code précédé de la lettre L.

La mention Blanc de Blancs indique que le champagne a été élaboré uniquement à partir de chardonnay, seul cépage blanc des trois grands cépages champenois. La mention Blanc de Noirs est peu courante mais commence à apparaître dans les champagnes de vignerons. Elle désigne les champagnes issus de raisins noirs (pinot noir et pinot meunier).

Le Rosé est réalisé par adjonction avant la seconde fermentation de 10% à 20% de vin rouge de Champagne. Une autre méthode, le Rosé de Saignée, est de n'utiliser que des raisins noirs avec une courte macération des raisins avec leurs peaux. Plus proche de la méthode utilisée dans les autres régions, elle est moins courante en Champagne. Les Rosés de Saignée sont généralement plus vineux et dotés d'une personnalité plus marquée.

Le millésime ne figure que si les raisins proviennent à 100% de la vendange de l’année indiquée. Le millésime doit obligatoirement dans ce cas figurer aussi sur le bouchon.

Enfin, les meilleurs vignerons de Champagne utilisent de plus en plus souvent une contre-étiquette pour apporter un surcroît d’informations. C’est une excellente initiative et témoigne d’une démarche dans le domaine de la qualité.
C’est ainsi que l’amateur pourra faire attention à :
- la date de dégorgement qui est intéressante car elle nous permet de mieux gérer nos champagnes en cave et de savoir précisément combien de temps le champagne a vieilli sur ses lies,
- la composition en terme de cépages pour mieux comprendre le vin,
- l’emplacement des vignes, les particularités du terroir,
- des commentaires de dégustation et des conseils d’accords.

Autre mention plus rare présente sur les étiquettes :
La mention de "Clos" est très réglementée en Champagne. Elle ne peut être utilisée que si les raisins proviennent d'un vignoble entouré de murs. Il y en a très très peu : les deux plus célèbres sont le Clos du Mesnil de Krug et le Clos des Goisses de Philipponat. En plus abordable, on peut trouver le Clos du Moulin de Cattier. (-> voir une liste plus complète des Clos)

 

Autres articles du dossier CHAMPAGNE:
Les Terroirs de Champagne
La dégustation du champagne
Le dosage du champagne
Le carafage du champagne
Livres sur le champagne
Appréciations et commentaires champagne
Le champagne à table
36 champagnes de prestige
Cartes Postales anciennes de Champagne

 


Précédent Suivant