Le petit Guide
Loisel
des vins

livres
sur le vin
Chateau Loisel - Le petit guide Loisel des vins
Facebookflux RSS

Films et Documentaires sur le Vin

L'esprit du vin de Olympe et Yvon Minvielle La clef des terroirs de Guillaume Bodin La Route des vins en France - Coffret 4 DVD de Antony Luciano Les Voix du Terroir de Florent Girou et Etienne Besancenot L'Univers du Vin Mondovino La Série DVD Vignes, passion et découverte - Yves Beaudoin Mondovino Les quatre saisons d'Yquem La route des vins Sud-Ouest La route des vins Champagne Sideways
Sur cette page
L'esprit du vin - Olympe et Yvon Minvielle
La clef des terroirs - Guillaume Bodin
La Route des vins en France - Antony Luciano
Les Voix du Terroir - Florent Girou et Etienne Besancenot
L'Univers du Vin - Editions Ellébore Nossiter
Mondovino La série - Jonathan Nossiter
Vignes, Passion et Découverte - Yves Beaudoin
Mondovino - Jonathan Nossiter
Les 4 saisons d'Yquem - Jean-Paul Jaud
La Route des Vins - Robert Tinlot
Le Vin pour les Nuls
Autres séries - (non-disponibles en DVD)
Sideways - Alexander Payne

« L'Esprit du vin » de Yvon Minvielle
Editions Anemos 2013, 92 mn, 22 €

Couverture L'esprit du vin de Olympe et Yvon Minvielle

Acheter sur Athenaeum.com

L'Esprit du vin - Le Réveil des terroirs - Olympe et Yvon Minvielle
Avec la participation du groupe Renaissance des Appellations.

Présentation de l'éditeur :

« Dans un monde où les déséquilibres "naturels" ne sont plus maîtrisés, réchauffement climatique, tsunami, vache folle, pandémie, folies de l'agrochimie, abus de pesticides, risques sanitaires, les vignerons en biodynamie expriment par leur travail et leur produit, une vision apaisée des temps présents, mais aussi des temps futurs, où à partir d'une question éminement politique " Que veut dire se nourrir ?", l'humanité pourrait refonder l'idéal du vivre ensemble. Par leurs histoires, leurs pratiques, et l'accumulation des savoirs d'expériences, les vignerons en biodynamie ouvrent cette voie.

Nous-mêmes vignerons au Château Lagarette en biodynamie, nous avons souhaité montrer comment l'esprit du temps présent se dit au travers de l'esprit du vin en biodynamie, en ouvrant trois cheminements de découverte : 1) L'histoire des vignerons qui ont fait le choix de la biodynamie. 2) Les pratiques professionnelles des vignerons en biodynamie. 3) Les grands débats actuels auxquels le vin en biodynamie apporte sa contribution.»


« La clef des terroirs » de Guillaume Bodin
Editions Montparnasse 2012, 82 mn + bonus, 19,90 €

Couverture La clef des terroirs de Guillaume Bodin

Acheter sur Amazon

Présentation de l'éditeur :

Dans les vignes comme à la cave, l'élaboration du vin se joue sur de nombreux détails. Le monde du vin a donc ressenti très tôt l'importance de revaloriser le terroir. Pour respecter au mieux la vigne, les vignerons appliquent de plus en plus les principes de la biodynamie. Cette méthode de la biodynamie consiste à penser l'agriculture au sein d'organismes agricoles complexes en présence d'animaux et de cultures diverses, en totale harmonie avec la nature.

La Clef des terroirs présente les véritables enjeux de la biodynamie dans le monde du vin en suivant le travail de vignerons passionnants (les frères Bret, Aubert de Villaine, Olivier Jullien.) dont la priorité est de respecter le terroir pour le transmettre dans son intégrité aux générations futures.


« La Route des vins de France » de Antony Luciano (coffret 4 DVD)
Editions Fortitude 2010, 336 mn, 30 € env.

Ce coffret de 4 DVD rassemble une série de 13 films documentaires de 25 minutes sur les régions viticoles de France. Ces films ont été originellement réalisés pour la télévision australienne (« Wine Trails of France ») et nous reviennent donc doublés avec une voix-off, puisque les producteurs ont été interviewés directement en anglais (le doublage est, ceci dit, bien réalisé). Il n'y aucune mention de date mais, d'après quelques indices, on peut en déduire que le tournage a eu lieu au moment des vendanges 2007.

Couverture La Route des vins en France - Coffret 4 DVD de Fortitude

Acheter sur Amazon

Il s'agit avant tout de faire découvrir donc l'approche est très globale. Après quelques renseignements rapides sur l'un des hauts lieux touristiques de la région, nous partons à la rencontre de quelques producteurs qui exposent leur terroir puis leurs vins avec une dégustation commentée. Une recette de cuisine locale est également présentée.

Toutes les régions sont couvertes, les grandes régions bénéficiant de deux films : Bordeaux (x2), Loire + Cognac (x2), Bourgogne (x2), Rhône Nord, Rhône Sud + Provence, Sud-Ouest + Beaujolais, Languedoc, Alsace, Champagne, Crémants (Die et Bordeaux).

Les producteurs sont généralement des caves coopératives ou des grandes maisons de négoce, ce qui limite l'intérêt pour les amateurs... mais on notera tout de même la présence de quelques très bons vignerons : Domaine Georges Vernay, François Villard, Château Bas, Bott-Geyl.

Cette série de films documentaires intéressera surtout les amateurs débutants qui veulent avoir une vision globale et simple des différentes régions viticoles françaises.


« Les Voix du Terroir » de Florent Girou et Etienne Besancenot
Editions Voix du Terroir 2008, 60 mn, 20 €

« Qu’est ce que le terroir ? »
Pour avoir une approche de réponse à cette question, les jeunes agronomes et œnologues Florent Girou et Etienne Besancenot sont allés rendre visite à des vignerons et œnologues du Nouveau Monde. La démarche est intéressante : écouter ces faiseurs de vins de régions moins chargées d’histoire parler de cette notion très française de terroir permet d’en avoir une autre approche.

Couverture Les Voix du Terroir de Florent Girou et Etienne Besancenot

Voir le site de l'éditeur

Leur film de 60 minutes, Les Voix du Terroir, est ainsi composé de 24 témoignages recueillis dans deux pôles principaux : l’Australie et la Nouvelle Zélande d’une part, L’Amérique du Sud (Argentine, le Chili et le Brésil) d’autre part. Certains d’entre eux sont très impliqués dans une démarche de donner un sens à cette notion. Ils sont complétés par cinq témoignages français assez courts : Claude Bourguignon, Seppi Landmann, Jean Orliac (Domaine de l’Hortus), Marc Parcé et Denis Dubourdieu.

Les Voix du Terroir est filmé de façon simple, les auteurs expliquent qu'ils l'ont réalisé avec des moyens légers mais, c’est là l’important, la passion qu’ils portent au sujet transparaît. Si l’on peut percevoir certaines redondances dans le propos, l’ensemble est indéniablement intéressant pour un amateur passionné de vin.

 


« L'univers du vin » (DVD)
Editions Ellébore 2007, 73 mn, 15 €

Ce DVD regroupe deux séquences :

- L’Art de la Dégustation réalisé par Daniel Amorin : un documentaire de 60 minutes qui aborde les différents facteurs importants dans la dégustation d’un vin, depuis l’importance de la forme du verre ou de la température jusqu’à l’influence du boisé ou de la technologie sur le goût du vin. C’est un film assez ancien mais qui est assez intéressant grâce à la qualité de ses intervenants : Jacques Puisais de l’Institut du Goût, toujours passionnant à écouter, Nicolas Joly de La Coulée de Serrant et Pascal Martin sommelier, entre autres. Il faut noter la présence d’une dégustation en cave au Domaine Leroy, dégustation commentée par Lalou Bize-Leroy elle-même. Il y a là de quoi intéresser les amateurs de vins de tous niveaux. Pour ma part, j’ai été stupéfait par le passage où Jacques Puisais montre l’influence de la couleur de l’environnement sur la perception que l’on a d’un vin.

- Le Vignoble des Ardoisières : un petit documentaire de 13 minutes qui nous raconte la récente résurrection de ce petit vignoble alpin abandonné depuis plus d'un siècle.

Ce DVD est aussi disponible inclus dans le guide Vins, Vignobles et Vignerons (25 €)

Couverture DVD L'Univers du Vin

« Mondovino - La Série » de Jonathan Nossiter (coffret 4 DVD)
Editions TF1 Video 2006, 540mn, 40 € environ

Deux ans après la sortie du film Mondovino, et alors que les passions ont tout juste fini par s’apaiser, voici venir « Mondovino, la série ». Ce n’est pas vraiment une version longue mais plutôt un montage différent à partir des innombrables heures de vidéo que Nossiter a accumulées en quatre ans de tournage. Le coffret de 4 DVD renferme 10 épisodes de 55 minutes environ, chacun étant centré sur un sujet en particulier.

Couverture Mondovino La série

Acheter sur Amazon

Dès le premier épisode, on est très surpris de la différence avec le film : l’affaire Mondavi à Aniane est présentée de façon équilibrée, sans parti pris trop évident. Cela nous montre, s’il en était besoin, le rôle capital du montage en cinéma. Cette plus grande neutralité se retrouve dans les dix épisodes : alors que « Mondovino » était un film à message qui lançait un pavé dans la mare, « Mondovino, la série » se rapproche beaucoup plus d’un documentaire.

Certains épisodes paraissent un peu longs quand on a déjà vu le film, telles ces visites de maisons de la Napa Valley ou cette longue description de l’irruption de Mondavi au sein de l’aristocratie florentine. En outre, un ou deux épisodes ont une matière qui semble un peu insuffisante. Cela nous laisse tout de même plusieurs épisodes intéressants ; le second avec Hubert de Montille et Aubert de Villaine, est particulièrement fascinant.

Nossiter ne cherche pas à dresser un état des lieux complet sur le monde du vin à l’heure actuelle. C’est plus une comédie humaine, ce sont les êtres humains qui l’intéressent. En visionnant ces 10 mini films, on comprend mieux sa façon d’opérer et pourquoi il a réussi à obtenir tant de scènes ou de paroles surprenantes dans Mondovino : tout d’abord, il filme tout et tout le temps, ne semblant jamais arrêter sa caméra, et ensuite il adopte une attitude très proche des personnes qu’il interviewe, il sait créer un climat de confiance qui encourage les confidences...

En se rapprochant d’un format documentaire plus classique et en étant un peu moins rigoriste dans son message, Jonathan Nossiter s’est certainement ouvert les voies d’une diffusion plus large de son film.

Voir aussi : La critique de Mondovino, le film


« Vignes, Passion et Découverte » (11 volumes)
Réalisateur: Yves Beaudoin - Accords Concept 2003/2005, 60 à 90 mn, 15 € env. chaque

Cette série, qui avec ses 11 DVD couvrira toutes les régions vinicoles françaises, se révèle être bien plus qu'un simple documentaire de vulgarisation. Jérôme Baudouin (journaliste à la RVF) et Yves Beaudoin ont pris le parti de d'aller à la rencontre des vignerons animés d'une vraie passion et de nous transmettre par l'image et leurs paroles une partie de cette passion.

Par rapport aux autre séries, « Vignes, passion et découverte » nous fait sentir combien l'homme est important dans le processus de création d'un vin et à quel point c'est un métier que l'on fait avant tout avec passion. Chaque DVD comporte une introduction par Pierre Bonte, qui en quelque sorte assure la courte partie didactique en nous présentant rapidement les différentes appellations.

Vignes, Passion et Découverte - Bordeaux

Acheter sur Amazon

1. Le bordeaux.
Ce DVD nous permet de rencontrer Jean Gautreau de Sociando-Mallet qui nous parle de son terroir, de ses convictions. Nous nous dirigeons ensuite surtout vers la rive droite, où Alain Vauthier nous fait visiter les caves si particulières du Château Ausone, où l'oenologue Jean-Claude Berrouet nous parle longuement de la philosophie de Pétrus et où nous rencontrons Jean-Yves et Michèle Bechet qui nous parlent de leur complémentarité à Château Riou de Thaillas, et nous gratifie d'un "commentaire féminin" de dégustation pour le moins assez original...

En tout, c'est 11 rencontres auxquelles nous sommes conviés, rencontres qui nous permettent d'aborder différents aspects de la création d'un vin. C'est une vision de Bordeaux assez différente de l'approche habituelle par égrenage des appellations prestigieuses, une vision plus humaine et intéressante.

4. Le champagne : Pour nous faire découvrir le champagne, Jérôme Baudouin et Yves Beaudoin nous convient tout d'abord à rencontrer Philippe Secondé (E. Barnaut) qui nous parle de son bouzy rouge, puis Elisabeth Chartogne (Chartogne-Taillet) qui nous montre sa passion pour son vignoble. Nous nous faisons aussi expliquer d'où viennent les bulles, l'importance de la forme du verre et Jean-Claude Rouzaud nous raconte l'histoire de sa cuvée Cristal (Roederer) et nous montre fugitivement ses magnifiques foudres.

Mais les deux morceaux de choix de ce DVD sont à mes yeux les rencontres avec Anselme Selosse et Erick de Sousa, ces deux vignerons emblématiques d'Avize. L'un après l'autre, ils nous exposent leur vision de la biodynamie, leur désir de retrouver les grands équilibres de la nature et c'est assez passionnant de les écouter et de voir comment ils en parlent simplement.

Vignes, Passion et Découverte - Champagne

Acheter sur Amazon

Vignes, Passion et Découverte - Vallée de la Loire

Acheter sur Amazon

6. Val de Loire :
Ce DVD est, parmi ceux que j'ai pu voir jusqu'ici, celui qui m'a semblé le plus réussi de la série « Vignes, passion et découverte ». Il a d'ailleurs gagné le grand prix du festival Millésimages 2004.

Nicolas Reau nous montre comment il bichonne son Clos des Treilles en Anjou, Philippe et Claude Alliet nous racontent comment ils ont fait revivre le Coteau du Noiré à Chinon. Jean Bellard nous parle d'Histoire de façon très intéressante et René Renou de l'INAO. Guy Bossard nous explique le greffage, Henry Marionnet montre sa vigne pré-phylloxérique et ses vignes non greffées. Et on continue ainsi avec entre autres Jo Pithon, Michel Gendrier, Nicolas Joly... et un écrivain que j'ai trouvé passionnant : L'épicurien Robert de Goulaine.

Voilà un merveilleux DVD pour découvrir la formidable passion qui anime les meilleurs vignerons du vignoble de la Vallée de la Loire. Il est difficile d'y rester insensible...

La série de DVD "Vignes, Passion et Découvertes" n'est hélas pas toujours facile à trouver.

Volumes disponibles :

Vignes, Passion et Découverte - Vallée du Rhône
Acheter sur Amazon

Vignes, Passion et Découverte - Languedoc Roussillon
Acheter sur Amazon

Vignes, Passion et Découverte - La Bourgogne
Acheter sur Amazon

  1. Bordeaux : Sociando Mallet, Ausone, Cayla, Petrus, Château Grand Renouil, terroir, Jean Vautrin, Château Riou de Thaillas, l'AOC, Mouton-Rothschild
  2. Bourgogne : Chambertin, les moines, Chablis, les climats, Château Cary Potet, Puligny-Montrachet, la forêt de Tronçais, Saint Vincent, la taille, Romanée-Conti.
  3. Languedoc-Roussillon : Toques et Clochers, Domaine Vial Magnères, Domaine de Sainte-Barbe, les vdn, Domaine de l'Aigle, Nezignan l'Evêque, Pierre Richard, Domaine des chênes, Prieuré Saint Jean de Bébian
  4. Champagne : Bouzy rouge, les bulles, Merfy, Selosse, De Sousa, les verres, les étiquettes, Roederer
  5. Vallée du Rhône : Seyssuel, le vin antique, Châteauneuf du Pape, Cornas, Hermitage, terroirs et goûts, Réméjeanne, La Monardière, Château d'Ampuis.
  6. Val de Loire : Clos des Treilles, le Coteau de Noiré, Loire et vin, l'INAO, le greffage, Marionnet, Jo Pithon, Saumur, Robert de Goulaine, Jean-François Deniau, Coulée de Serrant.
  

« Mondovino » de Jonathan Nossiter
Editions TF1 Video 2005, 135mn, 15 € environ

Mondovino a occasionné un mini séisme dans le monde du vin et plusieurs mois après sa sortie, les réactions restent assez vives, que ce soit parmi les professionnels ou encore parmi les amateurs. Il faut dire que Nossiter est arrivé avec son film comme un chien dans un jeu de quilles, ou plus exactement (comme disent les anglo-saxons) comme un taureau dans un magasin de porcelaine...

Certains détracteurs ne voient en Mondovino qu’un film anti-mondialiste. C’est une erreur de se limiter à cette seule vision, car Nossiter pose tout de même de vraies questions, essentiellement sur le risque d’uniformisation des vins de haut niveau. Et si on peut être ou ne pas être convaincu que cette uniformisation existe, ou que, par exemple, le boisé masque déjà la personnalité de nombreux vins, tout le monde s’accorde pour reconnaître que le risque existe.

Mondovino soulève donc des questions sous-jacentes dans nos esprits. Certes, il le fait de façon orientée : Nossiter n’a visiblement pas voulu réaliser un documentaire, il a fait un film militant, c'est-à-dire un film qui porte ses idées et ses convictions, avec donc une bonne dose de parti pris. Cette démarche a bien entendu été fortement critiquée ; à l’heure où la télévision a modelé nos esprits, il est vrai que l’on est plus habitué à des documentaires prétendument objectifs qu’à des films porteurs d’idées. Il serait, à mon avis, de toutes façons bien difficile d’apporter une vision objective du monde du vin, monde où règne le subjectif.

Mondovino

Acheter sur Amazon

Mondovino

Et Nossiter y va fort : il caricature, il simplifie... Iconoclaste, il ne respecte rien...! C’est certainement Michel Rolland qui est le plus maltraité : le présenter comme un personnage à l’ego démesuré, riant fort en permanence et appliquant les mêmes recettes partout depuis l'arrière de sa Mercedes, est terriblement réducteur et certainement assez injuste. Dans une moindre mesure, on peut avoir ce même sentiment à propos de quelques unes des personnes présentées.

Mais en même temps, force est de reconnaître que Nossiter n’a pas inventé les scènes qu’il nous montre et c’est certainement là que réside une grande partie de son tour de force : il a tout de même réussi à s’introduire partout, à mettre les gens suffisamment en confiance pour qu’ils dévoilent un certain aspect de leur personnalité… Et il faut bien avouer que certaines paroles, certaines scènes sont franchement surréalistes.

Le reproche que l’on peut faire à Mondovino, c’est d’être terriblement simplificateur et le choix d’Aimé Guibert et de Hubert de Montille pour symboliser la lutte de David contre Goliath est hautement discutable. De plus, il est franchement simplificateur de résumer le monde du vin à la simple opposition : « petit = terroir = bon » alors que « gros = artificiel = trafiqué ». La réalité est, on le sait, tout de même plus complexe que cela et c'est sur ce point que le film est le plus critiquable.

Il y a beaucoup d’humour dans le film. Nossiter s’attarde à filmer des détails : ce sont les chiens, qui reviennent constamment, ou encore un objet, tel ce robot nettoyeur d'une (luxueuse) piscine, mais la palme revient à cet ouvrier septuagénaire juché sur une échelle en arrière plan d’une interview... Le procédé est même terrifiant d'efficacité. Le réalisateur montre une très grande maitrise du montage. Cinématographiquement, Nossiter a un vrai style, plein de douceur malgré ses apparences heurtées (et pourtant, je suis habituellement particulièrement allergique à la caméra à l’épaule). Il parvient à manipuler le spectateur de la même façon qu’il manipule ses interviewés. Le style pourra cependant déconcerter certains spectateurs.

Mondovino est un film particulièrement bien réalisé et, malgré ses simplifications, reste très intéressant à regarder car il conduit à s’interroger, à se poser des questions. Il tend aussi un miroir à une partie de la profession, c’est un miroir déformant certes, qui montre une version partielle et partiale de la réalité, mais un miroir tout de même. Mais c’est aussi et avant tout un film sur le vin, qui a le mérite de toucher un public très large et de montrer que le monde du vin est un monde multi facettes.

Note : Comme pour venir appuyer le propos du film, la famille Mondavi a perdu le contrôle de sa propre société, absorbée par le géant Constellation Brands, quelques mois après la sortie de Mondovino. Tim Mondavi a lui-même regretté que les actionnaires se soient plus préoccupés du bilan trimestriel que de questions de vinification.

A lire aussi : Une passionnante étude cinématographique de Mondovino sur le site : romanduvin.ch
et la critique de Mondovino, la série.


« Les quatre saisons d'Yquem » (Collection: Quatre saisons en France)
Réalisateur: Jean-Paul Jaud - Studio Canal 2002, 50mn + 58mn, 22 € env.

DVD Les 4 saisons d'Yquem

Acheter sur Amazon

Ce film nous permet de pénétrer au sein d'un des domaines les plus prestigieux au monde. Notre guide est Alexandre Lur Saluces lui-même, accompagné et interrogé par Jean Paul Kauffmann, les deux hommes se connaissent d'ailleurs bien puisqu'ils ont signé un livre ensemble : "La Morale d'Yquem".

Ces visites ont été filmées en 2000, millésime dont nous suivons pas à pas le déroulement en débutant assez logiquement par les travaux de taille de la vigne en hiver. Parallèlement aux travaux dans la vigne tout au long de l'année, nous pénétrons dans les chais et dans le mythique caveau des vieux millésimes. Nous sommes ainsi conviés à partager tous les soucis d'une année jusqu'aux vendanges, vendanges qui, en 2000, furent particulièrement délicates en sauternais.

L'intérêt de ce film est de dépasser l'approche touristique basique pour nous faire partager la vie et le travail à Yquem, et c'est particulièrement passionnant de pouvoir mieux visualiser les différentes interventions sur la vigne dans un domaine dont la philosophie est souvent citée en exemple. D'autre part, le film montre bien l'importance de l'homme et la façon dont il va intervenir pour comprendre et aider la nature.

C'est donc un DVD qui ravira, non seulement les amoureux d'Yquem, mais aussi tous les amateurs un tant soit peu curieux de mieux connaître l'esprit et les soins apportés à l'élaboration de grands vins.
En bonus sur le DVD : "Yquem et Stradivarius" (38 min) avec Roland Daugareil et "Les saisons de Fargues" (26 min), avec Guy Savoy et Florence Schaal.

Le DVD est aujourd'hui (en 2010) difficile à trouver. Il a fait aussi partie d'un coffret de 4 DVD Les Quatres saisons en France (avec Les quatres saisons du Berger, Quatres saisons entre Marennes et Oléron et Saisons pour un festin), coffret qui est lui aussi introuvable.


« La route des vins » (série de 12 DVD)
De Robert Tinlot - Editions Montpartnasse 2005, 52mn, 15 € env. chaque

Anciennement sous la forme de 6 DVD (Universal Pictures, 2001), cette série bénéficie d'une réédition sous la forme de 12 DVD, chacun couvrant une région française. L'approche est assez documentaire sans être trop didactique, souvent en prenant soin de mettre en avant soit les vignerons, soit les à-côté du vin. Les régions sont assez différemment traitées, certains volumes étant nettement plus intéressants que d'autres.

Globalement, on pourra reprocher un trop grand nombre de scènes de vendanges, images certes photogéniques mais très classiques, au détriment de scènes sur la culture de la vigne le restant de l'année. En revanche, chaque documentaire comporte une visite chez un grand chef cuisinier qui mitonne devant nous une recette particulièrement adaptée aux vins de la région, une façon habile et agréable de rappeler que le vin est fait pour être dégusté à table.

La route des Vins - Bordeaux - DVD Tinlot

Acheter sur Amazon

Bordeaux : Le volume sur le bordeaux nous emmène à Haut-Brion, Ausone, Quinault, Yquem, Smith Haut-Lafitte, Mouton Rothschild, Haut-Marbuzet et dans le laboratoire de Michel Rolland. Nous n'échappons pas à la photogénique Jurade de Saint-Emilion. Même s'il est uniquement centré sur des domaines de renom, ce volume est globalement intéressant.

Sud-Ouest : L'épisode sur le Sud-Ouest nous fait rencontrer entre autres Jean-Luc Matha à Marcillac, Jean-Luc Baldès à Cahors, Robert Plageoles à Gaillac, Jean Brana à Irouléguy et Marion Latrille-Henry du Château Jolys à Jurançon. La gastronomie n'est bien entendu pas oubliée et il faut noter un passage expliquant le principe de la micro-oxygénation. Bien fait.

La route des Vins - SudOuest - DVD Tinlot

Acheter sur Amazon

La route des Vins - Alsace - DVD Tinlot

Acheter sur Amazon

Alsace : Les temps forts de ce film sur l'Alsace sont les rencontres avec Olivier Humbrecht (Zind-Humbrecht) qui parle de compost et de préparations en biodynamie, avec Laurence Faller (Domaine Weinbach) qui nous montre sa passion pour la vigne, et avec André Ostertag qui nous parle de sa vision du vin.

Beaujolais : Le sujet sur le Beaujolais fait quant à lui une grande place aux éléments culturels ou sociétaux autour du vin, depuis les arts jusqu'au droit. Passages sur les maladies de la vigne et présentation de Georges Duboeuf.

La route des Vins - Beaujolais - DVD Tinlot

Acheter sur Amazon

Bourgogne : Sujet sur la Bourgogne non visionné.

Jura / Savoie : Le volet sur la Savoie et le Jura est assez inégal mais il a le mérite de traiter de régions peu souvent sous les lumières des caméras. C'est de plus l'occasion d'écouter des vignerons comme Michel Quesnard ou Michel Grisard nous parler de leurs cépages savoyards ou encore Jean Berthet-Bondet ou François Mossu nous expliquer les vins jaunes et les vins de paille.

La route des Vins - Bourgogne - DVD Tinlot

Acheter sur Amazon

La route des Vins - Jura Savoie - DVD Tinlot

Acheter sur Amazon

Champagne : Le sujet sur la Champagne est plutôt inégal et somme toute assez classique, avec une fois de plus les inévitables vendanges, une visite de Mercier, et une grande place donnée aux machines automates... A noter, un passage plus intéressant chez Tarlant à Oeuilly.

Val de Loire : Le volet sur la vallée de Loire est hélas surtout consacré aux confréries et aux attractions touristiques, donc un peu plus anecdotique et d'intérêt moindre pour l'amateur de vin.

La route des Vins - Champagne - DVD Tinlot

Acheter sur Amazon

La route des Vins - Val de Loire - DVD Tinlot

Acheter sur Amazon

La route des Vins - Vallée du Rhône - DVD Tinlot

Acheter sur Amazon

Vallée du Rhône : Le volume sur la vallée du Rhône nous fait remonter le fleuve en bateau touristique. Donc l'amateur de vins restera sur sa faim. A noter toutefois, vers la fin, une halte chez Guigal à Ampuis assez intéressante.

Languedoc : Le volet sur le Languedoc et le Roussillon est très inégal. Les meilleurs passages étant Jean Clavel (Domaine Clavel) nous expliquant la taille et Pascal Frissant (Château Coupe Roses) nous parlant avec grande passion de son terroir en minervois.

La route des Vins - Languedoc - DVD Tinlot

Acheter sur Amazon

La route des Vins - Provence - DVD Tinlot

Acheter sur Amazon

Provence : Le sujet sur les vins de Provence est assez intéressant avec de nombreux aspects abordés avec Bernard Teillaud (Ch. Sainte Roseline), Jean-Daniel Ott, Jean-François Brando (Dom. de Fontcreuse) et René Rougier (Château Simone) entre autres.

Corse : Le volet sur la Corse est une bonne occasion de mieux connaître les vins et les cépages de l'île de Beauté, sujet peu souvent traité. Nous sommes entre de bonnes mains puisque nous allons à la rencontre de Pascal Abertini (Clos d'Alzeto), d'Antoine Arena, de Jean-Noël Luigi (Clos Nicrosi) et d'Etienne Suzzoni (Clos Culombu). A noter aussi des passages intéressants sur le séchage du muscat et sur la collection ampélographique du CIVAM. Un volet fort bien fait.

La route des Vins - Corse - DVD Tinlot

Acheter sur Amazon

Paris et l'Île de France : Cet épisode de la série nous permet de faire connaissance avec le vignoble mal connu de Paris et ses environs. Il nous présente le vignoble de Montmartre, le vin de Suresnes, le vignoble d'Argenteuil de Jacques Defresne, le vin effervescent de Pierre Facon à Neuilly-Plaisance et quelques unes des treilles disséminées dans Paris : le "Vin des Vignerons" de Jacques Melac (11e), la vigne du Passage Bourgoin (13e), le Clos des Morillons (vigne du Parc Georges Brassens dans le 15e). La dimension historique de ces vignobles est systématiquement évoqué mais le réalisateur se concentre sur la vitalité et la production actuelle de ces vignes. (Je ne suis pas certain que cet épisode, réalisé en 2002, soit disponible en DVD. Pour ma part, je l'ai vu sur la chaîne Voyages)

Pour plus d'informations, voir le site internet de l'éditeur

Acheter sur Amazon

La série existe (existait ?) également en coffret de 12 DVD à un prix avantageux proche de 50 €.


« Le Vin pour les Nuls » de (collectif)
LMLR 2009, broché 80 minutes, 10 à 15 € env.

Le vin pour les nuls

Acheter sur Amazon

(Non visionné)

Présentation de l'éditeur :
« Après plus de 135 millions de livres vendus dans le monde, cette vaste collection arrive en DVD. Ce programme a été concocté par les meilleurs spécialistes en y ajoutant une bonne dose d humour. Avec ce DVD pour apprendrez à :
- Différencier les Bordeaux, Faugères, Mâcon, Chablis, Sauternes, Bergeracs...
- Connaître les valeurs sûres pour ne pas vous tromper.
- Acheter votre vin (sans forcément vous ruiner).
- Constituer et gérer votre cave.  »


Autres séries documentaires non disponibles en DVD ou VHS,
mais occasionnellement visibles sur certaines chaînes satellites.

« Sur la route du vin » est une série tchèque, très bien réalisée avec de superbes images. L'approche est assez didactique, la série étant visiblement faite pour faire connaître le vignoble français aux tchèques. Les appellations sont décrites : cépages, types de vins, etc... Quelques interviews de vignerons qui présentent leurs vins.
Composée de 13 épisodes de 30 minutes, « Sur la route du vin » aborde les différentes régions françaises, avec un épisode sur la Moldavie, un autre sur la Moravie du sud. (Ceska Televize 1999, vue sur Cuisine-TV).


« Vendanges » est une série de la télévision anglaise, présentée par Hugh Johnson, série basée sur la même documentation qui a servi pour l'excellent livre "Une histoire mondiale du vin". Les 13 épisodes de 30mn nous emmènent en France, mais aussi en Espagne, au Portugal, en Californie et en Australie. L'approche est assez historique, et très vivante car l'on suit Hugh Johnson dans des endroits pas banals (dans la grande tradition des documentaires anglais, il n'hésite pas à se mettre en situation...) et il nous fait rencontrer des gens particulièrement intéressants.
C'est vraiment une excellente série documentaire sur le vin, que j'ai trouvée réellement passionnante (Malone Gill Production 1989, vue sur Planète).

« En arpentant les vignobles » présente les vignobles du monde entier (nombreux sujets - vu sur Cuisine-TV).


« Sideways » d' Alexander Payne
Fox Pathé Europa 2005, USA, 125 mn, 13 € environ

Sideways

Acheter sur Amazon

Sideways n’est pas un documentaire sur le vin. S’inscrivant tout à fait dans le genre « road-movie », le film nous montre la virée dans les vignobles californiens de deux amis aux caractères très différents : l’un est un oenophile dépressif, l’autre est un fonceur qui fonctionne à l’instinct, sans se poser de question, obnubilé par son envie de profiter de ses derniers moments de liberté avant son mariage.

Le film a connu un certain succès outre-Atlantique en se démarquant des schémas traditionnels hollywoodiens. A mes yeux, le film en lui-même n’est pas franchement remarquable, le scénario tournant en rond après les 20 premières minutes mais le propos ici n’est pas d’en faire une critique cinématographique et, de toutes façons, le succès du film montre qu'il peut plaire à un grand nombre de personnes.

Sur le plan vinique, il ne faut attendre un grand contenu. Le personnage principal est un amoureux du pinot noir (comme on le sait, les américains raisonnent surtout en cépage : un vin est un merlot, un chardonnay, …) Dans les rares moments où il parle du vin, il en parle toujours très bien. Je trouve tout de même un peu dommage cet amoureux du vin soit en réalité un alcoolique, même si je comprends que cela offre au scénariste des ressorts burlesques.

En tout cas, le film a occasionné outre-Atlantique un fort regain d’intérêt pour les vins à base de pinot noir !




Précédent Suivant